• Très intéressant ! A écouter attentivement.
    Merci, Julien Allaire ! smile

    Naturopathe Julien Allaire  https://www.facebook.com/naturopathe

    votre commentaire
  • Charlotte Gerson, qui soigne des patients avec la méthode de son père (début des années 1920), nous explique avec simplicité que les maladies sont les conséquences d’une mauvaise alimentation et la façon ultra simple d’en venir à bout !

    Source : http://crudivegan.com/2013/11/merci-charlotte-gerson.html


    votre commentaire
  • Le brossage à sec de la peau... une pratique de détoxination et de régénération !

    Le brossage à sec de la peau...une pratique de détoxination et de régénération !

     

    BROSSAGE À SEC LYMPHATIQUE : ANTI-CELLULITE ET PEAU DE RÊVE !

    Se brosser le corps (surtout pas le visage!) avec une brosse douce en poils naturels est un des secrets de beauté des Japonaises.

    En brossant son corps avant de se doucher ou avant de s'habiller, vous permettrez :

    • L'exfoliation de votre peau en la débarrassant de ses peaux mortes
    • Favoriser la circulation sanguine et lymphatique
    • Permettre à la peau de mieux évacuer/se débarrasser des toxines
    • Avoir une peau plus douce et plus saine
    • Un moyen efficace de lutter contre l'acné (en permettant aux toxines d'être évacuées plus facilement, vous aurez moins de boutons)
    • Renforcer son système immunitaire
    • Lutter efficacement contre la cellulite/peau d'orange
    • Réveiller l'organisme
    • Laisser respirer la peau

    Quelle brosse choisir ?

    Une brosse en bois avec des poils naturels et doux.

    Pour ma part, je préconise de choisir une brosse ronde ou ovale avec un manche.

    Quels sont les gestes à suivre ?

    Sur une peau sèche, commencer toujours par le bas du corps (les pieds) en remontant par des gestes souples et doux vers le cœur. Ne pas brosser sa peau vers le bas. Le sang et les toxines doivent affluer vers les émonctoires et vers le cœur, non l’inverse.

    Le brossage à sec de la peau...une pratique de détoxination et de régénération !

    A effectuer 1x par jour, pendant 5 min

    Alors à vos brosses !!!

    L'équipe Crudivore

     


    votre commentaire
  • Quand l'attachement à sa maladie empêche de guérir

    Être malade, ce n'est jamais agréable. Et pourtant, on peut trouver dans une maladie, même grave, des avantages indéniables.
    Lorsque les avantages à être malade sont supérieurs aux inconvénients, cela peut même empêcher de guérir. En effet, une partie de nous peut refuser la guérison.

    Un bénéfice secondaire est donc une sorte d'avantage collatéral !

    En voici un exemple raconté par Anne Ancelin Shützenberger dans son livre « Vouloir guérir ».

    Une femme souffrait d'un cancer et allait de rechutes en rechutes. Quand son médecin lui parla de bénéfices secondaires, elle répondit :

    - « Mais les bénéfices secondaires dans la maladie, je n'en ai pas ! Ce que vous me demandez est affreux ! Je suis venue vous voir justement parce que je veux guérir ! »

    Le médecin insiste. 

    - « Non, vraiment aucun bénéfice secondaire ? »

    - « Non. »

    Le médecin insiste encore une fois.

     - « Quel est l'avantage et le bénéfice de votre maladie ? »

     Dans un murmure, cette femme répond :

    - « Quand je suis à l'hôpital, que le diagnostic est mauvais et que je suis opérée, alors ma soeur vient me voir. C'est le seul moment où elle n'est pas jalouse de moi ! »
    Et elle se met à pleurer.

     - « Ma soeur a vraiment des sentiments totalement positifs à mon égard lorsque je suis mourante, et uniquement lorsque je le suis ! 

    On peut se demander pourquoi le médecin insiste-t-il autant ? À quoi cela sert-il de torturer cette femme gravement malade ? En fait, il s'agit évidemment de l'aider !

    En effet, un bénéfice secondaire peut nous empêcher de guérir, allant en cela contre nos désirs conscients. C'est comme si un fil nous attachait à la maladie et refusait de lâcher. Le rôle du médecin est alors de nous aider à couper ce fil, à le détricoter pour qu'il permette de nous libérer de la maladie, quelle qu'elle soit. 

    « En quoi suis-je attachée à cette maladie ? »

    Quand la maladie a l'air de s'installer, nous pouvons d'ailleurs, même sans l'aide d'un médecin, nous poser nous-même une question : « En quoi suis-je attachée à cette maladie ? »

    La réponse peut se révéler extrêmement intéressante comme dans l'exemple cité : « Cette femme a travaillé sur ses sentiments, sur l'ambivalence familiale. Elle n'a plus besoin d'être mourante pour avoir de bons rapports avec sa soeur ! Elle s'est stabilisée et améliorée. »

    Les bénéfices secondaires sont inconscients

    Les bénéfices secondaires peuvent être très divers selon la personne. Il peut s'agir de rendre l'entourage enfin attentif, de voir plus souvent un enfant qui vous délaissait, de lâcher des responsabilités qui vous pesaient, de ne plus être obligé de travailler dans un contexte qui vous déplaisait, etc.

    Attention, ces bénéfices secondaires ne sont pas à l'origine d'une stratégie pour rester malade ! Bien au contraire, ces bénéfices sont inconscients, la personne malade ne se rend pas compte que quelque chose l'attache à sa maladie. Il lui faut un travail pour en prendre conscience et s'en détacher.

    Explorer en soi ces bénéfices est un pas vers une guérison plus facile.

    Mis à jour par Dr Catherine Solano - médecin sexologue le 26/02/2014

    Créé initialement par Dr Catherine Solano - médecin sexologue le 28/11/2005

    Sources : " Vouloir guérir " de Anne Ancelin Shützenberger aux éditions la méridienne Desclée de Brouwer.

    Les 9 types de bénéfices secondaires qui nous empêchent de résoudre nos problèmes... (par Marc Vachon)

    Les problèmes n'ont pas que des inconvénients "conscients". Ils ont aussi des avantages "inconscients" qui s'appellent des "bénéfices secondaires". C'est à cause d'eux notamment que l'on a tant de mal à résoudre nos problèmes... Découvrez les bénéfices secondaires de vos problèmes et vous commencerez à y voir plus clair...

    On a souvent tout intérêt à se coltiner inconsciemment un problème...

    Nos intérêts indirects et inconscients liés à un problème, ce sont les bénéfices secondaires du problème.

    Les bénéfices secondaires se recoupent, s'entrecroisent et se mettent souvent à plusieurs pour nous freiner dans notre démarche de résolution de problèmes... 

    Ce concept Freudien de "bénéfice secondaire" ne date pas d'hier.

    En revanche, une liste des types de bénéfices secondaires n'existait pas jusqu'à ce jour...

    En voici ma version : une liste des 9 types de bénéfices secondaires. 

    Cette liste permet la résolution de problèmes par "l'approche des types de bénéfices secondaires".

    Faites l'exercice :

    Parmi les 9 types de bénéfices secondaires suivants, essayez d'identifier celui ou ceux qui correspondent à votre problème...

    Votre problème commencera alors à se résoudre...

    1. l'habitude = mon problème est une habitude rassurante par rapport à l'inconnu qui me fait peur...
    2. la loyauté = mon problème me rend loyal et fidèle à mon passé, à mes ancêtres,...
    3. l'exutoire = mon problème est le symptôme d'un autre problème... Une maladie provient parfois d'un problème psychologique.
    4. la protection / l'évitement = mon problème me protège d'un autre problème... Ex. : J'ai une jambe cassée, cela m'évite de faire face à mes responsabilités professionnelles...
    5. l'excuse = mon problème me sert d'excuse pour ne pas en affronter un autre. NB : La protection c'est vis-à-vis de soi ; l'excuse c'est vis-à-vis des autres...
    6. l'occupation = mon problème m'occupe l'esprit, ce qui m'évite de penser à un autre problème qui peut me sembler plus effrayant.
    7. l'identité = mon problème est ma raison d'être. Il fait partie de ma vie, de mon identité et de mon image...
    8. la reconnaissance = mon problème me permet d'obtenir la reconnaissance, l'affection, la compassion d'autrui.
    9. la punition = mon problème me punit de ma culpabilité ressentie par rapport à une faute réelle ou imaginaire que j'aurais commise...
    10. l'attestation / le challenge = mon problème (me) prouve que je suis capable de lui faire face, au cas où j'aurais des doutes...

    Si vous comptez 10 types de bénéfices secondaires au lieu de 9, c'est normal : "l'excuse" et "la protection" constituent presque un même type de bénéfice secondaire, tout comme "l'habitude" et "la loyauté".

    Source : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=613459818746553&set=a.572278089531393.1073741830.572024579556744&type=1

     

     

     


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Captivant ... et riche d'enseignements. 


    votre commentaire
  • Irène Grosjean, naturopathe depuis 55 ans, explique les bases de la santé. A découvrir !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique